Appel à communication

Appel à communication : Imaginaire sériel

Université de Grenoble

(Scroll down for English version)

 

28-29 Mai 2015: Université Stendhal, Grenoble 3

Ce colloque fait suite à une série de séminaires organisés à l’université Stendhal (octobre 2013 – décembre 2014) et dont l’objectif était de proposer une réflexion sur le rapport entre la série télévisée et le mythe. Ce colloque vise à présent à élargir ce questionnement de façon, d’une part, à interroger l’impact de la sérialité sur notre imaginaire et, d’autre part, à mieux cerner l’imaginaire de la sérialité.

Au-delà des débats idéologiques ou méthodologiques dans les études sur l’imaginaire, un point semble faire l’unanimité : l’imaginaire opérerait essentiellement selon les mécanismes de la répétition. Ainsi, pour ne citer que des exemples emblématiques, Mircea Eliade voit dans la reproduction des archétypes la raison de tout geste humain, Claude Lévi-Strauss souligne l’importance de la récursivité des mythèmes, alors que Gilbert Durand défend le principe de la redondance perfectionnante. En forgeant la notion de l’imaginaire sériel, nous proposons de revenir sur l’étroite solidarité entre, d’une part, cette faculté qui conditionne et organise les va-et-vient riches de sens entre l’expérience et sa représentation et, d’autre part, un mode opératoire qui repose sur la répétition cadencée d’un ou de plusieurs paradigmes, dans un ensemble isolable, déterminé et cohérent, qui permet leur reproduction et leur inflexion. Le concept de la sérialité lié à de l’imaginaire suggère que ce dernier forme un ensemble inachevé, en évolution constante. Dans quelle mesure les mécanismes de la sérialité déterminent-ils le déploiement de l’imaginaire ? Existe-t-il une interdépendance entre les modes de production de l’imaginaire et les pratiques artistiques ? La dernière question est particulièrement délicate dans la mesure où l’on peut difficilement comprendre le fonctionnement de l’imaginaire en dehors de ses manifestations, que ce soit sur le plan artistique, social, culturel ou idéologique. Et sur ce point, c’est en effet le principe de redondance, lié à celui de réseau (images, mythèmes) qui nous permet souvent de savoir si nous avons affaire à un effleurement mythique structuré en profondeur par un certain imaginaire ou à un simple épiphénomène.  Les recherches menées par Patricia Falguières sur la portée philosophique du concept de la reproductivité incitent enfin à interroger l’historicité du phénomène : y a-t-il des époques ou des courants artistiques particulièrement sensibles aux mécanismes de la sérialité ? Quelles seraient alors les raisons de cette prédilection ?

Dans cette perspective, les œuvres d’art sérielles forment naturellement un champ de recherches privilégié, puisqu’elles font de la récursivité et de la redondance un principe de construction. Toute discipline artistique est susceptible de porter un éclairage sur les questions évoquées. Ainsi, pourront être analysées la littérature sérielle tels que les romans-feuilletons ou les cycles de littérature de jeunesse ou de science-fiction, les séries télévisées, la musique sérielle, mais encore les séries dans la bande dessinée, le cinéma, les arts picturaux, la photographie. Pour la raison précisément que le terme de sérialité ne recouvre pas uniment les mêmes phénomènes, les dissonances et les contradictions contribueront à mieux saisir les particularités du déploiement de l’imaginaire, ou des imaginaires, sériel (s). La réflexion se portera prioritairement sur les axes suivants :

·        Le temps et l’espace dans l’imaginaire sériel : Afin de déterminer quel(s) imaginaire(s) la structure sérielle de ces œuvres met en mouvement, la réflexion pourra porter sur le traitement qu’elles proposent de la temporalité et de la spatialité. De fait, par opposition à l’unicité et à la ponctualité, la sérialité favorise l’émergence progressive de significations complexes, chaque terme apportant une configuration nouvelle à un ensemble en perpétuel mouvement. Le pacte de lecture sérielle doterait la sérialité d’une dimension exégétique en donnant à l’observateur (lecteur, spectateur…) l’opportunité d’associer et de réinterpréter ces significations complexes. En effet – pour reprendre la formule de Jauss – la sérialité façonne l’horizon d’attente du destinataire et donc la construction même du temps.

·        L’esthétique fragmentaire et l’imaginaire sériel : Il conviendra également d’étudier l’esthétique fragmentaire propre aux œuvres sérielles, car les poétiques de la discontinuité et de la rhapsodie participent activement de la constitution d’un sens mouvant. Par exemple, l’espace négatif entre chaque case d’une bande dessinée (la gouttière), permet d’anticiper le retour du récit, voire de le fantasmer. L’interstice se profilerait ainsi comme un lieu d’expression tout désigné de l’imaginaire, dans la mesure où le principe de suspension a pour effet d’impliquer l’esprit humain au cœur même du processus créatif.

·        L’imaginaire sériel et l’idéologie : Le retour régulier d’un univers fictif, et donc son inscription dans le calendrier habituel d’une communauté, contribuent, sur le plan de la réception, à une illusion de réalité parfois extrêmement forte. Une attention particulière pourra donc être portée à la puissance mimétique et à l’ambiguïté des modes de représentation de l’imaginaire sériel. La série télévisée Twin Peaks, par exemple, entraîne le public en jouant avec les signes du récit initiatique avant de piéger héros et téléspectateurs dans une contre-initiation interrogeant notre rapport à la réalité et à sa représentation médiatique. Dans quelle mesure, espace privilégié de questionnement des récits, l’imaginaire sériel pourrait-il devenir un espace de domination idéologique ?

·        L’imaginaire sériel et l’économie : L’industrie culturelle pourrait être vue, selon le positionnement critique d’Adorno et Horkheimer, comme une production en série dans la mesure où « la technologie de l’industrie culturelle n’a abouti qu’à la standardisation et à la production en série, sacrifiant tout ce qui faisait la différence entre la logique de l’œuvre et celle du système social » [2]. En suivant cette logique, on pourra penser aux travaux de Walter Benjamin sur « l’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique », où la production en série transforme l’art en marchandise, en loisir culturel.

·        La matérialité de l’imaginaire sériel : Il conviendra aussi d’envisager la question des supports matériels des œuvres sérielles et des media qui les véhiculent. Si, sans conteste, ces créations sont tributaires des ressources techniques qu’elles mobilisent, il ne faut cependant pas négliger la manière, d’une part, dont l’imaginaire s’empare de ces moyens ni, d’autre part, le rôle dynamique qu’il joue dans leur apparition. Existerait-il, par conséquent, un rapport entre le support et son impact sur l’imaginaire ? Une œuvre picturale sérielle telle que « Les Trente-six vues du Mont Fuji » de Katsushika Hokusai s’imprimerait-elle de la même manière sur l’esprit du spectateur qu’un roman feuilleton ou qu’une série de films ?

Ces axes de travail sont donnés à titre indicatif et toute proposition de communication sera étudiée avec intérêt.

Les propositions de communication en anglais ou en français d’une longueur de 300 à 400 mots, ainsi qu’une courte notice bio-bibliographique sont à envoyer à l’adresse suivante mythes.seriestv@gmail.com pour le 5 février 2015.

Orientations bibliographiques

Barthes, Roland, Mythologies, Paris, Seuil, 1957.

Boia, Lucian, Pour une histoire de l’imaginaire, Paris, Les Belles Lettres, 1998.

Brunel, Pierre, Mythopoétique des genres, Paris, PUF, 2003.

Campbell, Joseph, The Hero With a Thousand Faces, Londres, Fontana Press, 1949/1993.

Campbell, Joseph, Moyers, Bill et Flowers, B.S. (Éd.), The Power of Myth, New York, Anchor Books, 1988.

Dominique Moncond’huy et François Noudelmann (dir.), Suite, série, séquence, Poitiers, La Licorne, 1998.

Durand, Gilbert, L’Imagination symbolique, Paris, Presses Universitaires de France, 2003.

Durand, Gilbert, Introduction à la mythodologie : mythes et sociétés, Paris, Librairie Générale française, 2000.

Durand, Gilbert, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire : introduction à l’archétypologie générale, Paris, Dunod, 1984.

Esquenazi, Jean-Pierre, Mythologie des séries télévisées, Paris, Cavalier Bleu, 2009.

Falguières, Patricia, “Sur le renversement du maniérisme”, dans: E. Kris, Le Style rustique, Paris, Macula, 2005.

Jauss, Hans Robert, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 1978.

Jeay, Madeleine, Le commerce des mots. L’usage des listes dans la littérature médiévale (XIIe-XVe siècles), Genève, Droz, 2006.

Lafargue Bernard, La Série : poïétiques et esthétiques. Première rencontre des arts plastiques Bordeaux III/Bilbao, Mont-de-Marsan, Éditions interuniversitaires, 1993.

Levi-Strauss, Claude, Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1996.

Thomas, Joël, Introduction aux méthodologies de l’imaginaire, Paris, Ellipses, 1998.

Rougé, Bertrand, Suites et séries : actes du troisième colloque du CICADA, Pau, Publications de l’Université de Pau, 1994.

Yves Durand, Jean-Pierre Sironneau, Alberto Filipe Araujo (dir.), Variations sur l’imaginaire: l’épistémologie ouverte de Gilbert Durand : orientation et innovations, Bruxelles, EME, 2010.

Walter Philippe, Danièle Chauvin, André Siganos, (dir.), Questions de mythocritique : dictionnaire, Paris, Imago, 2005.

Call for Paper : Serial Imaginary

University of Grenoble

28-29 May 2015: Université Stendhal, Grenoble 3.

As a follow up to the seminars held at the University of Grenoble 3 from October 2013 to December 2014, and whose purpose was to reflect on the connection between television series and myths, this conference will broaden this reflection so as to question the impact of seriality on our imaginary and better understand the imaginary of seriality.

Despite the many ideological or methodological debates held in the field of imaginary studies, the idea that the imaginary functions according to the mechanisms of repetition seems to win unanimous support. Mircea Eliade, for instance, sees in the reproduction of archetypes the reason for all human actions, while Claude Lévi-Strauss emphasizes the importance of the recursion of mythemes and Gilbert Durand defends the notion of perfecting redundancy. By creating the concept of serial imaginary, we thus offer to focus on the close link between, on the one hand, the ability to condition and organize exchanges between an experience and its representation, and, on the other hand, a procedure based on the rhythmical repetition of one, or several, paradigms in an isolable, determined and coherent body, which allows their reproduction and inflexion.

The seriality of our imaginary suggests that it forms an incomplete whole in perpetual evolution. But in what ways do the mechanisms of seriality determine the unfolding of the imaginary? Is there interdependence between the modes of production of the imaginary and artistic practices? The latter is a particularly delicate question since it is hardly possible to understand the functioning of the imaginary apart from its artistic, social, cultural or ideological manifestations. And at this point, it is, in effect, the principle of redundancy, linked to its network (images, mythemes) which often allows us to know whether we are dealing with a mythical contact thoroughly structured by a certain imaginary, or to a simple epiphenomenon. Research conducted by Patricia Falguières on the philosophical impact of reproductivity even tends to encourage academics to question the historicity of the phenomenon: are there periods of time or artistic movements that are particularly sensitive to the mechanisms of seriality? What would be the reasons of such a predisposition?

In this perspective, serial works of art form a privileged field of studies since they turn recursion and redundancy into structuring principles. Every single artistic discipline is thus capable of enlightening the questions asked here. As a result, you are invited to analyze serial literature (such as serialized fiction, children literature or science-fiction cycles), television series, music serialism, comic books, movies, paintings, photography… Since the term ‘seriality’ is not perceived the same way in all of the above-mentioned disciplines, the dissonances and contradictions that will inevitably appear will help us better understand how the imaginary, or imaginaries, unfold(s). Our reflection will nonetheless focus on these five areas of research:

·        Time and Space in serial imaginary. In order to determine which imaginary(ies) the serial structure of the corpus set(s) in motion, the reflection might be concerned with its treatment of temporality and spatiality. In effect, seriality, as opposed to uniqueness and punctuality, favors the progressive emergence of complex significations, with each occurrence bringing a new potential configuration to a body in perpetual movement. The serial reading pact would thus grant seriality an exegetical dimension giving the observer (reader, spectator…) the opportunity to associate and/or reinterpret those complex significations in a new way. Indeed, as Jauss puts it, seriality shapes the expectation horizon of the recipient and therefore the very construction of time.

·        Fragmentary aesthetic and serial imaginary. It would also be advisable to study the fragmentary aesthetic specific to serial works of art. Indeed the poetics of discontinuity and rhapsody actively contribute to the constitution of a moving signification. The gutters in a comic book, for example, allow the reader to anticipate, and even fantasize, the return of the narration. The interstice consequently emerges as the ideal space of expression of the imaginary since the suspension of the story puts the human mind at the very heart of the creative process.

·        Serial imaginary and ideology. The regular recurrences of a fictitious universe, and its inclusion in the agenda of a community, contribute to the creation of an extremely powerful illusion of realism. Special attention could thus be paid to the mimetic force and to the ambiguity of the modes of representation of the serial imaginary. The television series Twin Peaks, for instance, drags its audience along by playing with the signs of the initiation story, but then captures both its hero and its viewers in a counter-initiation, questioning our relationship with reality and its media-staged representation. In what ways, then, could serial imaginary become a space of ideological domination?

·        Serial imaginary and economics. The cultural industry could be seen, according to Adorno and Horkheimer’s critical positioning, as a mass production since “the technology of the cultural industry resulted in standardization […], sacrificing what made the difference between the logic of a work and the logic of the social system” [2]. Following this reasoning, particular attention could be paid on the works of Walter Benjamin on “the work of art at the time of its technical reproducibility”, when mass production turns art into a commodity and cultural leisure.

·        The materiality of serial imaginary. It would be equally advisable to study the physical materials and the media that convey serial works of art. Although these creations are well and truly dependent on the technical resources they mobilize, it does not mean that the way in which serial imaginary seize those resources and how it influences their apparition should be neglected. Is there, as a result, a relationship between a particular medium and its impact on our imaginary? Can we consider that a serial woodblock print like Katsushika Hokusai’s Thirty-six Views of Mount Fuji have the same impact on the mind of the spectator as a serialized fiction or a film series?

These areas of research are merely suggestions and every proposal will be considered.

Proposals (300 to 400 words) in French or in English, with a short biblio-biography, are to be sent to the following address mythes.seriestv@gmail.com for February 5th 2015.

 

Suggested Readings:

Barthes, Roland, Mythologies, Paris, Seuil, 1957.

Boia, Lucian, Pour une histoire de l’imaginaire, Paris, Les Belles Lettres, 1998.

Brunel, Pierre, Mythopoétique des genres, Paris, PUF, 2003.

Campbell, Joseph, The Hero With a Thousand Faces, Londres, Fontana Press, 1949/1993.

Campbell, Joseph, Moyers, Bill et Flowers, B.S. (Éd.), The Power of Myth, New York, Anchor Books, 1988.

Dominique Moncond’huy et François Noudelmann (dir.), Suite, série, séquence, Poitiers, La Licorne, 1998.

Durand, Gilbert, L’Imagination symbolique, Paris, Presses Universitaires de France, 2003.

Durand, Gilbert, Introduction à la mythodologie : mythes et sociétés, Paris, Librairie Générale française, 2000.

Durand, Gilbert, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire : introduction à l’archétypologie générale, Paris, Dunod, 1984.

Esquenazi, Jean-Pierre, Mythologie des séries télévisées, Paris, Cavalier Bleu, 2009.

Falguières, Patricia, “Sur le renversement du maniérisme”, dans: E. Kris, Le Style rustique, Paris, Macula, 2005.

Jauss, Hans Robert, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 1978.

Jeay, Madeleine, Le commerce des mots. L’usage des listes dans la littérature médiévale (XIIe-XVe siècles), Genève, Droz, 2006.

Lafargue Bernard, La Série : poïétiques et esthétiques. Première rencontre des arts plastiques Bordeaux III/Bilbao, Mont-de-Marsan, Éditions interuniversitaires, 1993.

Levi-Strauss, Claude, Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1996.

Thomas, Joël, Introduction aux méthodologies de l’imaginaire, Paris, Ellipses, 1998.

Rougé, Bertrand, Suites et séries : actes du troisième colloque du CICADA, Pau, Publications de l’Université de Pau, 1994.

Yves Durand, Jean-Pierre Sironneau, Alberto Filipe Araujo (dir.), Variations sur l’imaginaire: l’épistémologie ouverte de Gilbert Durand : orientation et innovations, Bruxelles, EME, 2010.

Walter Philippe, Danièle Chauvin, André Siganos, (dir.), Questions de mythocritique : dictionnaire, Paris, Imago, 2005.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *